Categories

Accueil > Actualités > Dans la presse > Archives > Suicide à France Télécom à Mérignac (33) : il "avait évoqué son (...)

27 avril 2011

Suicide à France Télécom à Mérignac (33) : il "avait évoqué son mal-être"

Lu sous www.sudouest.fr/

"On lui confiait des missions qui ne correspondaient pas à son niveau de qualification", explique une déléguée syndicale CFDT"

Un salarié de France Télécom-Orange âgé de 57 ans s’est suicidé mardi matin en s’immolant par le feu sur le parking d’une agence de l’entreprise basée rue Vigneau, à Mérignac, près de Bordeaux.

"Nous sommes bouleversés d’apprendre le décès d’un salarié de l’agence professionnelle de Bordeaux qui a mis fin à ses jours en s’immolant par le feu ce matin sur le parking de l’agence entreprise de Mérignac", a indiqué la direction du groupe à l’AFP.

"Les secours arrivés sur place n’ont pu que constater le décès de ce salarié âgé de 57 ans", a précisé la direction, ajoutant avoir monté une cellule psychologique, et annonçant le déplacement "immédiat" sur les lieux de la directrice exécutive d’Orange France, Delphine Ernotte et du directeur des ressources humaines Bruno Metling.

L’homme qui s’est suicidé sur le site de Pichey à Mérignac (Gironde) était père de quatre enfants, a indiqué Sébastien Crozier (CFE-CGC/Unsa), ajoutant, la voix tremblante, que "l’ensemble du personnel est complètement submergé d’émotion", et que "tout Bordeaux est en larmes".

L’homme a mis fin à ses jours au pied de l’immeuble, rue Vigneau. Il était employé sur un autre site de l’entreprise. Le responsable de la communication de France Télécom en Aquitaine, Jean-Maurice Bentolila, a précisé que le drame s’était déroulé a priori sans témoins.

Le salarié était représentant du personnel pour la CFDT, et était "préventeur", c’est-à-dire chargé des conditions de travail, de l’hygiène et de la sécurité, depuis plusieurs années, ont indiqué différentes sources syndicales.

"C’est un drame", a déclaré à l’AFP Pierre Dubois (CFDT), précisant que le salarié, "un gars de chez nous", s’était suicidé "à sa prise de service". La CGT a indiqué de son côté que ce suicide est "la démonstration que tout n’est pas réglé à France Télécom malgré ce que certains ont pu dire".

Selon François Deschamps, responsable CFE-CGC/Unsa de la région sud-ouest, cet homme de 57 ans avait "mal vécu" le fait "de changer souvent de poste". "Cette mobilité imposée lui avait fait vendre sa maison, il avait écrit à plusieurs reprises à sa direction et il n’avait pas eu de réponse à ma connaissance, comme beaucoup d’autres", a ajouté le responsable syndical. "Je l’avais vu il y a deux ou trois semaines, je ne l’avais pas senti au pied du suicide."

L’entreprise avait été marquée par une crise sociale d’ampleur après une vague de plus de trente suicides de salariés entre janvier 2008 et fin 2009, au sein du groupe de quelque 100.000 salariés en France. Le système de management mis en place à partir de 2004 pour inciter au départ 22.000 salariés en trois ans a notamment été mis en cause.

Partager

Commentaires

Répondre à cet article