Categories

Accueil > Actualités > Dans la presse > Archives > Les chartes forestières sortent du bois

28 avril 2011

Les chartes forestières sortent du bois

Leurs enjeux locaux impliquent une adaptation de la gestion de l’ONF

Lu sous www.laprovence.com

Les élus de 13 territoires de Provence-Alpes-Côte d’Azur ont touché du bois lorsqu’ils ont créé les Chartes forestières en 2001. Elles devaient faire leurs preuves. Actuellement dans notre région, dix sont en fonctionnement, trois en cours d’élaboration. L’heure était venue de tirer un bilan lors de la seconde rencontre régionale des élus des chartes forestières hier à Sisteron. Beaucoup de chartes émaillant le territoire des Alpes.

"On est passé d’une politique nationale à une connexion entre acteurs forestiers qui répond aux problèmes locaux, explique Jérôme Bonnet, directeur de l’association des communes forestières. Avant les forestiers géraient chacun dans leur coin. Évidemment cette démarche impliquait de la concertation, d’où une certaine lourdeur au début. Mais maintenant les résultats sont là." Aujourd’hui 50% de la surface régionale des treize territoires sont couverts par ces chartes, outil qui permet aux élus d’intégrer la forêt dans leur politique de développement local. Comment concilier la chasse et la randonnée, établir des circuits courts du traitement du bois, établir une gestion durable… Les 150 réalisations des chartes ont été répartis en quatre domaines : environnement social (51% des actions), aménagement rural (25%), regroupement forestier (9%), valorisation locale des bois (15%). Elles ont coûté 4,5 millions d’euros.Il convient de distinguer le nombre et le coût de certaines catégories. Par exemple la valorisation locale des bois ne constitue que 15% des actions mais représente 34% du budget de 4,5 millions d’euros. Ces projets sont cofinancés par l’État, l’Europe, les régions, les acteurs privés, les intercommunalités et les communes. Une nouvelle démarche qui pose la question des rapports avec l’ONF. L’organisme national des forêts ayant parmi ses missionsla gestion des forêts communales. Cet essor des chartes forestièresimplique un changement de mentalité.

"Elle a vocation à adapter son action aux orientations définies par les chartes. L’ONF a toute sa place pour contribuer aux projets. Elle dispose d’une expertise technique dont les élus ont besoin. Ils ont déjà démontré leur attachement à cet organisme en refusant la privatisation des forêts." Cette évolution est en marche, désormais les acteurs locaux ou nationaux des forêts s’acheminent vers une cogestion.

Portfolio : cliquer sur la vignette pour l'agrandir.

Partager

Commentaires

Répondre à cet article