Categories

Accueil > Actualités > Dans la presse > Archives > Besançon : inquiétude à l’ONF

22 décembre 2011

Besançon : inquiétude à l’ONF

Lu sous http://www.estrepublicain.fr/environnement

Les agents de Besançon sont là dans leurs habits verts, massés à l’entrée de l’ONF, dans la froidure de l’hiver. Des postes sont en danger.

Les agents sont là dans leurs habits verts, massés à l’entrée de l’ONF de Besançon, dans la froidure de l’hiver. L’action est menée en intersyndicale CGT-Snupfen Solidaires.

Philippe Berger, secrétaire général du Snupfen, vient de Haute-Saône : « Nous ne siégerons pas au comité technique régional, la réunion est boycottée et la direction est tenue de convoquer une nouvelle rencontre. Ce comité technique devait avaliser les dernières suppressions de postes de l’ancien contrat de plan. » Le nouveau, s’étendant de 2012 à 2016, prévoit encore 700 postes en moins en France, dont 49 équivalents temps plein dans la région. « En dix ans, la Franche-Comté aura perdu 100 emplois, sans parler des ouvriers forestiers. On est 536 agents aujourd’hui dans la région et la baisse annoncée représente 10 % des effectifs. »

Pour l’intersyndicale, ces décisions touchent le personnel mais aussi la gestion forestière dans son ensemble : « C’est un service de proximité qui est mis à mal. On s’étonne d’ailleurs que la fédération nationale des communes forestières ait pu signer cet accord. »

Pour Denis Baratin de la CGT : « La situation à l’ONF est symptomatique de ce qui se passe dans l’ensemble des services publics. On empêche l’office d’accomplir correctement ses missions, ensuite on le remettra en cause en disant qu’il ne fonctionne pas. »

Sylvestre Chagnard, directeur régional, signale de son côté qu’il n’y aura pas de licenciement : « Certains départs ne seront pas remplacés. » Il précise que l’office va s’employer à rendre le « service nécessaire » aux communes : « Nous nous sommes déjà réorganisés en interne, on ne va pas remettre en cause cette réorganisation, on modernisera nos façons de faire, on simplifiera les procédures en interne et on instaurera un vrai dialogue à tous les échelons sur le choix des priorités. »

Sûr qu’avec la fonte des effectifs, il va falloir choisir.

Partager