Categories

Accueil > Actualités > Dans la presse > Archives > Quatre cents forestiers dans les rues de Besançon

19 juin 2012

Quatre cents forestiers dans les rues de Besançon

Voir l’article et le diaporama sous http://www.macommune.info

Une imposante manifestation contre les suppressions d’emplois à l’ONF (Office national de la forêt), réunissant plusieurs centaines de garde-forestiers de tout le quart nord-est du pays, se déroule ce mardi à Besançon. Trois autres manifestations ont eu lieu à Alençon, Chambéry et Toulouse. Le moyen choisi pour se rappeler au bon souvenir de la nouvelle majorité.

L’intersyndicale des forestiers demandent au nouveau gouvernement « de revenir sur les nouvelles suppressions d’emplois prévues au contrat de plan, de mettre en place un financement pérenne de l’ONF et d’organiser un grand débat sur la gestion forestière française ».

« On ne lâchera jamais, aux arbres citoyens… », ont scandé les manifestants lors d’un lâcher de ballons noirs devant l’hôtel de ville de Besançon. « On est toujours là au bout de quatre ans et demi grâce à une intersyndicale forte », a souligné François Sittre, garde-forestier dans le pays de Montbéliard et l’un des responsables du Snupfen, syndicat majoritaire à l’ONF. La manifestation s’est poursuivie par un pique-nique musical sur l’esplanade de Chamars.

Le nouveau contrat qui lie l’ONF à l’Etat pour la période 2011-2016 prévoit la suppression dans la région de 49 postes équivalent temps plein sur les 700 envisagées au niveau national, soit entre 50 et 56 suppressions de postes en Franche-Comté. Alors qu’une centaine de postes ont disparu dans la région entre 2002 et 2011, les garde-forestiers s’inquiètent de ces nouvelles perspectives. D’où la question lancinante répétée par les garde-forestiers : « Quel forêt pour nos enfants ? ».

La Franche-Comté, deuxième région la plus boisée de France, dispose de 380 000 hectares de forêts avec une particularité bien régionale : quasiment la totalité des forêts sont communales. L’effectif de l’ONF dépasse les 700 personnes dans la région dont une majorité de fonctionnaires et quelque 180 ouvriers de statut privé. Ils sont répartis dans quatre agences territoriales et une agence de travaux.

Partager