Nationale

Les effectifs de l’ONF, ont fondu ces vingt dernières années, passant de 12.800 personnes en 2000 à près de 8.000 actuellement, chargées de gérer les 11 millions d’hectares des forêts publiques françaises.

Le gouvernement est aux abois, et le combat se poursuit maintenant au Sénat. Après vingt ans de lutte acharnée, la victoire est désormais proche !

Nous, représentants d’associations, d’organisations non gouvernementales, de syndicats implantés dans divers secteurs d’activités, et personnalités,

Déclarons par cette tribune nous engager aux côtés des défenseurs des forêts publiques françaises et des professionnels qui y travaillent.

Le 21 septembre 2022 est ponctué par une rencontre marquante entre des professionnels de la filière-bois, des ONG, des journalistes, et le monde décisionnel de la politique. Tous relèvent la nécessité d’un changement de politique forestière nationale. D’une part face aux coupes rases perçues anachroniques dans un contexte de réchauffement climatique, d’autre part face aux subventions misant le bois-énergie au détriment d’une biodiversité déjà menacée.

La nomination de Valérie Metrich-Hecquet à la tête de l’Office national des forêts suscite la défiance au sein de l’établissement public, qui vit depuis des années une grave restructuration néolibérale.

À cheval sur les quatre départements de Bourgogne, le Parc naturel régional avait demandé à l’Etat d’imposer un contrôle des coupes radicales supérieures à un demi-hectare. Sans réponse, ses élus ont poussé leur demande au Conseil d’Etat.

Après un été aux incendies records, la politique de casse du service publique des forêts et le financement au rabais des pompiers interrogent.

Articles : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 290 | Tout afficher