Nationale

Après plusieurs mois de travail, la Convention Citoyenne sur le Climat a rendu ses conclusions. Plusieurs propositions portent sur les forêts mais n’ont pas été retenues dans le projet de loi du gouvernement.

Le Haut Conseil pour le climat, l’instance consultative indépendante installée par Emmanuel Macron, a analysé les conséquences sur les émissions de gaz à effet de serre du projet de loi Climat et résilience. S’il salue des avancées, le Haut Conseil attend surtout des parlementaires qu’ils aillent plus loin lors de l’examen du texte.

François Ramade et Annick Schnitzler, deux écologues, dressent un tableau accablant de la gestion des bois et forêts périurbains par l’Office National des Forêts qui privilégie une productivité à court terme au détriment de la biodiversité.

Automobile, aérien, agrochimie… « Les industriels ont mobilisé tous les leviers d’influence à leur disposition » pour torpiller le travail de la Convention citoyenne pour le climat, démontre l’Observatoire des multinationales. Grâce à d’éminents professionnels de la communication, ils ont converti moult politiques et bénéficié de relais médiatiques.

Mensongère, grotesque et indigne. Voilà comment faut-il caractériser l’opération de communication politique à laquelle se livrent Emmanuel Macron et Barbara Pompili quelques jours avant de présenter au Conseil des ministres leur loi climat qui détricote les propositions de la Convention citoyenne. L’exécutif s’auto-congratule alors qu’il reporte à plus tard de ce qui devrait être déjà fait.

Pour Sylvain Angerand, le plan de relance forestier proposé par l’État est un retour en arrière de soixante ans. Pis, les orientations qu’il veut donner à l’exploitation forestière sont néfastes pour la biodiversité autant que dans la lutte contre le changement climatique.

Lors de l’audience qui s’est tenue le 3 décembre dernier, le rapporteur public a relevé la « faiblesse » et l’absence de « pertinence » des arguments de l’État pour justifier son refus, un « point difficile du dossier » qui n’était « pas à l’avantage de l’administration ». Comme l’explique le jugement du tribunal, le ministère des finances n’a pas même mandaté de représentant à l’audience et n’a « produit aucune pièce justificative pour appuyer ses allégations au cours de l’instruction ».

A l’issue du grand Rassemblement pour la Forêt qui s’est tenu le 25 octobre 2018 à Saint-Bonnet-Tronçais, un manifeste a été signé par de très nombreuses ONG et associations de protection de l’environnement, ainsi que par l’intersyndicale des personnels de l’ONF

L’ingénieur écologue Jean-Claude Génot critique dans une tribune le plan de relance de la filière bois du gouvernement. Selon lui, il y aura des conséquences sur les forêts alsaciennes. Jean-Claude Génot est également membre de l’association JNE ( Journalistes Écrivains pour la nature et l’écologie).

Articles : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 220 | Tout afficher