Quel avenir pour nos forêts ?

Jeudi 17 décembre 2020

Depuis quelques mois, l’offensive pour privatiser l’ONF s’accélère. Mais la résistance s’organise. On vous explique tout.

Bien sûr, le gouvernement se défend de cette intention comme a tenté de le faire croire le Président de la République devant la Convention Citoyenne sur le Climat. Bien au contraire, le plan de relance est présenté comme « un effort historique de reboisement en France ».

La réalité est tout autre : après avoir remis en cause le statut de fonctionnaire des agents de l’ONF avec la loi d’accélération et de simplification de la vie administrative (ASAP), le gouvernement a annoncé de nouvelles suppressions de postes dès l’année prochaine. En parallèle, la direction de l’ONF avance à marche forcée sur le découpage de l’établissement public en différentes filiales : un saucissonnage, prélude à une privatisation qui ne dit pas son nom. Lors du débat sur le projet de loi de finances, la députée de la majorité Anne-Laure Cattelot a réussi à faire suspendre in-extremis les suppressions de postes. Mais elle vient de recevoir un appel du ministre des Finances : les caisses sont vides, ces suppressions de postes seraient inévitables. Vides ? Pourtant, dans le cadre de son plan de relance, le gouvernement a mis 200 millions d’euros sur la table pour la filière forêt-bois. Mais cet argent n’ira pas pour renforcer le service public forestier : négociés dans une opacité la plus totale comme nous l’avons dénoncé, ces fonds vont pouvoir être utilisés massivement pour multiplier les coupes rases et remplacer une partie des forêts existantes par des monocultures.

Aujourd’hui, c’est le ras-le-bol ! La crise sanitaire que nous traversons ne peut plus servir de prétexte à une absence de débat sur l’avenir de nos forêts alors que le gouvernement multiplie les décisions lourdes de conséquences.

L’association Canopée a donc décidé d’occuper un lieu symbolique jeudi 17 décembre et d’y organiser le débat public sur les forêts que nous réclamons. Bien sûr, on ne peut pas vous donner de détails ici mais on vous invite à y participer sur Zoom, dès 20h30. Si vous n’avez pas Zoom, vous pourrez également suivre le débat depuis leur page Facebook ou Youtube.

Voir en ligne : https://zoom.us/s/95585895335

Cliquer ici. Format et poids du document: